logo

OREY de BOLANDRE (D')

d'OREY de BOLANDRE_Ardennes_France (2)
Réf. : COA120634

OREY DE BOLANDRE (D')

28.90TTC

28.90TTC

Format souhaité ( Plus de détails ? )

Toute utilisation non autorisée des images (sauf preuve de propriété) est interdite.

DESCRIPTION

OREY DE BOLANDRE (D')
Ardennes
France

D'Orey de Bolandre, famille noble à Mouzon au XVIIe siècle.

- Albert De Bolandre D'Orey, Chevalier, Baron de Bolandre et de Bienville, marié à Mouzon, en 1640, décédé en 1652.
- Nicolas Dorey, sieur, avocat au Parlement, né en 1646.
- Françoise d'Alaumont, baronne de Bollandre, mariée en 1615, veuve du sieur Dorey, mère de messire Albert Dorey, chevalier. Elle était la fille de Robert d'Alaumont, baron de Bolandre et de Bantheville.

Armoiries:
" De gueules, semé de fleur-de-lis d'or, et un écusson d'azur plain, en abîme. "
alias:
" De gueules, semé de fleurs-de-lis d'or, à un écusson d'azur en abîme, brochant sur le tout. "

Sources:
- Armorial universel, précédé d'un traité complet de la science du blason et suivi d'un supplément, par Jouffroy D'Eschavannes, 1848.
- Armorial général d’Europe, par J.B.Rietstap (Gouda, 1861).
- Armorial d'Europe par J.B.Rietstap (Gouda, 1884, Berlin, 1934) (Gouda, 1887, Berlin 1937).
- Armorial général J.B. Rietstap illustré par Victor et Henri Rolland (1903-1926). Colorisé par Lionel Sandoz (1993-2002).
- Le Grand Armorial de France, par Jougla de Morénas 1935-1943, de Warren, Frantzen 1960.

***
BOLANDRE
Epitaphe en l'Église Saint-Médard de Grandpré dans les Ardennes (Comté de Grandpré, Chatellenie d'Autry, Election et Baillage de Reims).

Cy gist noble dame, madame Margritte de Grand-Pré, jadis Dame de Bolandre ; qui donnait à l'églize de céans trois cens de petits ts, laquelle trespassa l'an mil iij' xxviij. jor. on mois de juillet. Priez por ley.

«Au costé droict du grand aultel, devant les chaires des P.bre
« Diacre et Soudiacre, sur une tumbe en laquelle est gravée une
« feme, est telle epitaphe à l'entor » ( exte précédent) ( Notez
« que en une carmes de ceste tumbe y ait iiij escussons esquels
« y ait rien apparant. »
(Recueil des sépultures anciennes de Saint Paul de Verdun, en 1552, publié par l'abbé Lionnois en 1779.)

M. A. de Barthélemy ne cite aucun acte de Marguerite : il l'indique comme fille d'Henri V de Grandpré et d'Isabelle de Brienne.
Elle avait pour frères et soeurs : Henri, seigneur de Livry près Paris ; Jean, sire de Buzancy, puis comte de Grandpré, et Isabelle, femme de Hugues de Rethel.

Bolandre était un château assez fort. Des débris en subsistaient encore en 1882 près de Bantheville (Meuse) et ont été brûlés depuis. Ils sont marqués sur la carte de l'Etat-Major.
Sur la fin de mai 1552, les Espagnols partant de Stenay se saisirent de Bolandre, après avoir ravagé Montfaucon. Ils s'avancèrent de là jusqu'à Grandpré : mais ils reculèrent devant l’armée française, et en se retirant mirent le feu à Grandpré et à Bolandre.
Il resta pourtant en cet endroit quelques habitations, car Bolandre figure parmi les lieux régis par la coutume de Vitry.
(Commentaire de Durand, in -- fol , 1722.. – Voyez sur Bolandre, JEANTIN, La Meuse, p . 184, 185.) Au siècle dernier, était seigneur Messire de Lardenois de Termes. On trouve aussi des Orey de Bolandre .

Sources:
- Epigraphie ardennaise les inscriptions anciennes de l'arrondissement de Vouziers, par H. Vincent, 1892.
- Histoire de Montmédy et des localités Meusiennes de l'ancien comté de Chiny, par Jean François Louis Jeantin, 1861.


****
BOLANDRE, ancien château baronnial des sires de Landreville.
Sur l’Andon (V. Bantheville, suprà, p. 107).

Origine. L'origine du vieux château de Bolandre, toujours debout, se perd dans la nuit des temps.
Peut-on le faire remonter à Land Eric (Landry Ier) fils du "ber" des sommes de l'Authe, autrement dit Authbert d'Ardenne, le septième des enfants du duc Godefroid dit l'ancien ?
Ce Landeric, qui figure au sommet de l'arbre généalogique de la maison de Pouilly ("Landericus-Arduennoe" de Polliaco Ch . de 1045 et 1067) était un des Bers à la suite de Robert le Bourguignon et de son fils Renaud de Rethel, avec Godefroid de Douzy et Godefroid de Rouscy ; et il habitait Pouilly-sur-Saône, dans les domaines de sa femme qui était dame de Mirebeau : son fils aîné Landry II, son puiné Eudes ou Odon , son petit- fils Hugues, n'ont laissé dans nos landes que des traces indécises.
Mais Etienne d'Ardenne, son arrière petit fils, est celui qui, de 1142 à 1160, fit bâtir à Pouilly-sur-Meuse, le plus ancien des trois châteaux du Polliacum .
A partir de ce moment, Lambert, dit l'ancien de Sathanaco, Ponsard son fils, dit de Duno, Richard, son petit -fils, sire de Prouilly, Richer, son arrière petit-fils, sire de Landreville, figurent dans toutes les chartes de notre contrée, à la suite des comtes, soit de Chiny, soit de Bar, soit de Grandpré.
On les trouve aussi, près des d'Apremont, dans celles des prélats de Rheims ou de Verdun.
Bolandre, intimement lié avec Landreville, comme Landres l'était avec le principe d'origine de la seigneurie de Pouilly, qui se titulait de Polliaco .....
Bolandre indique le point où cessait la domination de cette vieille famille, dans les sables verts et dans les terres à légumes des anciennes colonisations sur les versants argonnais.

Les anciens Bers La famille Maillart de Landres, qui comme celle de Pouilly, compte encore de nombreux et de glorieux rejettons tant en France qu'en Autriche..... la famille de Landres, autrement dite Landreville, descend évidemment de cette vieille souche ardennaise. Originaire de Vianden et de la comté-pairie de Wiltz, dont les titulaires descendaient, paraît-il de Clémence, fille d'Arnould , ler comte de Chiny, son établissement en Champagne est constaté, authentiquement , depuis l'an 1362; et nous la trouvons dans la charte de Dun (de 1250 à 1284) sous le nom de Richer de Pouilly - Landreville, un des arrières petit - ils d'Alode Clermont, premier haut voué de Dun. Cette maison, dès l'an 1112, portait :

" D'azur, à un écusson d'argent, au-dessus duquel est un lion naissant, aussi d'argent, onglé et lampassé de gueules, avec la devise ; etiam nascendo tremendus. "

Ce lion avait été ajouté par l'empereur, après que le sire de Maillart de Landreville eut, le premier, arboré son gonfalon sur un des boulevarts de Milan , emporté d'assaut.
Le dernier baron de Bolandre , sire, pour moitié, de Banthe-Personnaville, par indivis, avec le roi de France pour un quart, et avec les comtes de Brie, barons de Landre, pour le surplus, était Philippe, comte de Lardenoy de Ville, baron de Bolandre et de Terme, en Champagne, vicomte de Durmont, en Durmois. Il avait été lieutenant-général, gouverneur de la Guadeloupe, en
1816, grand'croix de Saint-Louis, commandeur de l'ordre de Saint-Maurice du Piémont ; il fut fait gouverneur du palais des Tuileries, en 1821 ; il conserva ce poste jusqu'en 1825, et il
mourut en 1828. On a donné ses armoiries à l'article Bantheville : il tenait ses droits de l'alliance des deux dernières héritières d'Orey-Mouzay avec les Pouilly.

*** M. le comte de Landres, qui habite encore Landreville, a été maire de la ville de Stenay et membre du Conseil général de la Meuse, jusqu'en 1848. C'est un agronome des plus distingués.



PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX



LES AVIS


Il n'y a aucune note pour le moment. Soyez le premier à évaluer !

DONNEZ UNE NOTE