logo

VIEIL-HESDIN

VIEIL-HESDIN_Artois_France (1)
Réf. : COA115125

VIEIL-HESDIN

25.90TTC

25.90TTC

Format souhaité ( Plus de détails ? )

Toute utilisation non autorisée des images (sauf preuve de propriété) est interdite.

DESCRIPTION

VIEIL-HESDIN
Artois
France

Armoiries:
" Parti d'or et de gueules à 2 étoiles en chef de l'un en l'autre. "

Note:
La commune de Vieil-Hesdin s'élève à l'endroit où existait, au Moyen Âge, une ville nommée Hesdin.
Selon certains chercheurs, Hesdin exista dès l'époque romaine et fut la résidence d'Hélène (mère de Constantin) lorsqu'au iiie siècle l'empereur Constance Chlore lui préféra (en la répudiant si tant est qu'ils étaient mariés) Théodora, fille de Maximien Hercule. Hélène se serait retirée à Boulogne puis aurait fait construire en 292 un château qui allait donner naissance à Hesdin.
Cette origine ne paraît pas totalement sûre. En revanche la ville médiévale de Hesdin, probablement préexistante en tant que bourgade, prit de l'ampleur au vie siècle en 561, avec la naissance du comté d'Hesdin : un comte de Boulogne dénommé Robert aurait partagé le comté de Thérouanne pour créer le comté d'Hesdin et constituer la dot de sa fille Robresse lorsqu'elle épousa le comte de Vermandois (il faut néanmoins relever que tant l'histoire des comtes de Boulogne que celle des comtes de Vermandois sont mal connues avant le ixe siècle et par conséquent il en va de même pour leurs actions supposées).
Les comtes d'Hesdin furent de puissants seigneurs mais ils ne purent empêcher la destruction de la cité à la suite des invasions normandes.
Le comte de Flandres Baudouin VI fit réparer le château en 1067 et créa un ensemble parc-château remarquable qui rendirent le site apprécié par de nombreux puissants pendant des siècles.
À cette époque, un habitant du Vieil-Hesdin se distingua par son action aux côtés de Guillaume le Conquérant. Arnoul d'Hesdin possédait plusieurs biens dont un moulin, deux brasseries, des terres. Il vendit le tout à des moines, fit confirmer la vente par Enguerrand comte d'Hesdin et s'équipa pour rejoindre Guillaume qu'il accompagna soit lors de sa première expédition en Angleterre en 1066, soit lors d'un aller et retour de Guillaume entre la Normandie et l'Angleterre. Lors de l'établissement du Grand Terrier d'Angleterre, (sorte de recensement des terres), de 1080 à 1086, il apparait comme un riche possesseur de vastes domaines énumérés dans le Domesday Book, avec bétail, fermiers, régisseurs, prairies, forêts, reçus de Guillaume pour le récompenser, et semble-t-il, confisqués à un noble saxon du nom d'Edric. Un autre Arnoul d'Hesdin fit parler de lui un peu plus tard dans les années 1130-1140, en tant que chevalier belliqueux et téméraire qui s'opposa à Étienne de Blois, roi d'Angleterre à cette époque, fut fait prisonnier et dut sans doute acquitter une rançon, car en 1141, il est témoin d'une charte souscrite par la reine Mathilde (Mathilde de Boulogne), créant Miles de Gloucester 1er comte de Hereford.
En 1086, Engelbert (« Enguerrand »), 8e comte d'Hesdin, donne l'église d'Hesdin à l'abbaye d'Anchin.
En 1119 le domaine fut confisqué par le comte de Flandres Charles Ier de Flandres à la suite de la révolte du comte d'Hesdin Gauthier.
En 1180, Hesdin fit partie de la dot d'Isabelle de Hainaut, dot constituée par son oncle le comte de Flandres Philippe d'Alsace, lors du mariage d'Isabelle avec le roi de France Philippe Auguste. Cette dot va constituer la base d'une nouvelle province, l'Artois.
Le domaine d'Hesdin restera rattaché à la couronne de France jusqu'en 1237, date à laquelle Saint Louis donna l'Artois à son frère Robert Ier d'Artois, la province d'Artois connaitra dès lors une vie autonome10. L'histoire d'Hesdin devient celle des comtes d'Artois jusqu'en 1330, date à laquelle l'Artois devient une possession des Ducs de Bourgogne.
La ville d'Hesdin était peuplée, active et riche, dominée par un château fort des puissants ducs de Bourgogne, cousins des rois de France. Les ducs de Bourgogne aimaient beaucoup leur château d'Hesdin. Ils y séjournaient souvent et y recevaient ambassadeurs et visiteurs illustres. Leur demeure, superbement décorée, était remplie d'objets d'art. Jusqu'au début du xvie siècle, c'était l'une des villes les plus importantes de l'Artois.
À partir de la fin du XVe siècle, Hesdin se retrouva au cœur des luttes entre le royaume de France et la maison de Bourgogne, puis d'Autriche. Elle fut plusieurs fois attaquée, assiégée, partiellement détruite, prise par un camp puis reprise par l'autre. Cette période troublée annonçait la catastrophe à venir.
Revenue à la Couronne de France, la ville fut assiégée en 1553 par les troupes de l'empereur d'Autriche. Prise, elle fut entièrement rasée. Charles Quint fonda une ville nouvelle nommée Hesdinfert, devenue l'Hesdin actuelle, à cinq kilomètres de là sur des marécages asséchés.
Le couvent des Sœurs Noires avait été partiellement préservé de la destruction de la ville. Les religieuses s'y maintinrent. Au milieu du xviiie siècle, le couvent fut reconstruit et modernisé. Le bâtiment actuel est tout ce qu'il reste des constructions de ce nouveau couvent.
Les Sœurs Noires de Vieil-Hesdin se consacraient aux malades, aux pauvres et à l'enseignement de quelques enfants.
Lors de la Révolution française de 1789, le couvent fut confisqué comme bien national. Il était alors entouré de terres qui furent loties et vendues. Les dépendances qui entouraient le couvent : chapelle, bâtiments de ferme, brasserie, etc. furent détruites. La construction restante représente vraisemblablement le logement réservé aux malades et aux religieuses.
L'ancien couvent a connu, depuis la Révolution, plusieurs propriétaires. Il avait été très endommagé à l’intérieur lors de la Seconde Guerre mondiale. Sa restauration complète était pratiquement terminée lorsqu’officiellement un court-circuit dû à la tempête provoqua un grave incendie qui le ravagea dans la nuit du mercredi des Cendres du 28 février 1990.
Officieusement, le mauvais entretien d'une des cheminées et son allumage lors de la tempête serait à l'origine de l'incendie du château. Heureusement, les murs et la voûte du cloître, bien que touchés, n'ont pas été détruits. La maison a donc été de nouveau restaurée mais boiseries et parquets anciens ont été perdus à jamais.
Le village de Vieil-Hesdin conserve quelques vestiges de l'ancienne ville d'Hesdin : les ruines du château (non visitables) et les restes des anciens remparts et des fossés.
L'université de Boston (États-Unis) a consacré plusieurs groupes de recherches sur l'histoire de Vieil-Hesdin, travaux diffusés dans la plupart des universités américaines.
(Wikipédia)



PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX



LES AVIS


Il n'y a aucune note pour le moment. Soyez le premier à évaluer !

DONNEZ UNE NOTE