HUILLARD d'AIGNAUX

HUILLARD d'AIGNAUX_Normandie_France ()
Réf. : COA110941

HUILLARD D'AIGNAUX

29.90TTC

29.90TTC

Format souhaité ( Plus de détails ? )

Toute utilisation non autorisée des images (sauf preuve de propriété) est interdite.

DESCRIPTION

HUILLARD d'AIGNAUX
Normandie
France

Famille subsistante de la noblesse française.
Huillard d'Aignaux, secrétaire du roi 1739, lettres patentes 12/8/1787.

Armoiries:
" D'or, à quatre hures de sanglier de sable. "

Sources:
- Etat complet des familles nobles par de Commarque, 1899-1900
- Filiations Bretonnes par Frotier de la Messelière, 1912.
- Le Grand Armorial de France, par Jougla de Morénas 1935-1943, de Warren, Frantzen 1960.

*************

Notice:
Vers le milieu du XIXe siècle, toujours par voie d'héritage, le domaine passe des Lechevalièr du Clos-Fortin aux Huillard d'Aignaux.
Ces Huillard, qu'on ne connaît plus maintenant que sous le nom de « d'Aigneaux », titre auquel ils ont droit, se ramifiaient jadis en branches nombreuses.
Pour n'en citer qu'un ou deux exemples, au hasard du souvenir, cueillis ceux-là dans les Archives privées du méchant historien qui écrit ces pages, nous voyons « le 20? de novembre 1668... Guillaume Huillard escuier, sieur de Saint-Martin, cornette dans le régiment de cavalerie de Casquado, fils de Jean Huillard escuier, sieur du Rocher, et de damoiselle Jeanne Porrée, de Vire », épouser Suzanne Criquet, fille de feu Jean, sieur de la Quesvillonnière et de demoiselle Le Chevallier.
En 1680, il y a trois frères Huillard.
L'un est sieur de Saint Martin (Saint-Martin-de-Tallevende), l'autre de la Mancellière (Vaudry) et le troisième de la Cricquetière (Le Désert).
Plus tard, apparaît un quatrième Huillard avec un autre titre.
Enfin, « le premier de juin 1757, René-Richard Huillard, sieur d'Aignaux, fils de Thomas Huillard, sieur du Rocher et de damoiselle Louise Juhel, demeurant à Saint-Pair proche Troarn », vend aux trois frères Cahours ses « terre et manoir du Cerisier, relevant du franc-fief d'Orléans » (3).
Il semble bien que les Huillard aient abandonné leur titre de « de Saint-Martin », à la suite de cette vente. Depuis au moins le milieu du XIX* siècle, on ne connaît plus guère de la maison bocaine des Huillard que la branche d'Aigneaux.
C'est un membre de cette famille d'Aignaux, qui porte sur l'or de ses armes quatre hures de sanglier de sable, arrière-petitneveu de Louise-Adélaïde Lechevalièr du Clos-Fortin, qui habite aujourd'hui encore le vieux château, cent fois plus intéressant, de par sa situation et son cachet comme sous le rapport des souvenirs historiques, que cette longue maison, à l'aspect de couvent, où réside au Désert son frère aîné, chef de la lignée.

****************
La branche Lechevallier d'Aigneaux s'établit à Vire vers 1530.
Elle donna vers la fin de la première moitié du xvie siècle deux remarquables poètes et humanistes, Robert et Antoine Lechevallier d'Aigneaux (dits Les Chevaliers d'Aigneaux) qui furent les seconds en France à traduire l'Énéide de Virgile en 1582.
Tous les deux d'une santé très-délicate, ils voyagèrent cependant pour visiter les grands centres universitaires de France ou de l'étranger afin d'y étudier, l'un le droit, l'autre la médecine.
Mais la poésie garda leur préférence.
Leur traduction de Virgile fut fort appréciée.
Par l'exactitude qu'ils essaient d'apporter à la traduction, ils sont plus modernes que Des Masures, le premier traducteur.
Les deux frères étaient très proches et la mort de Robert à 49 ans fit qu'Antoine le suivit de près dans la tombe, moins d'un an plus tard.
Après leur mort, leurs amis, dont le fameux poète d'Aurat, maître de Ronsard, ou leur neveu Thomas Sonnet de Courval leur érigèrent en 1591 un "tombeau poétique", qui retrace leur vie et contient quelques-unes de leurs œuvres.
Leur renommée était grande dans la province, à tel point que l'on honore leur mémoire dans l'épitaphe de leur sœur :

Issue elle n'est point de quelque race vile ,
Mais du sang généreux des braues chevaliers ,
De ces doctes Aigneavx, qui furent les premiers
Qui d'vn Poëme François firent parler Virgile.

Quel type, quel estoc, tant soit il ennobly,
Pourroit de ces Aigneavx passer la renommée ?
Leur gloire en Funiuers est tellement semée
Qu'elle ne peut tomber soubs les Loix de l'oubly.10

La branche Lechevallier s'allia en 1668 avec l'ancienne maison bocaine des Huillard lors du mariage de Guillaume Huillard, écuyer, officier de cavalerie avec Suzanne, l'unique fille de Louise Lechevallier d'Aigneaux. Elle prit alors le nom de Huillard d'Aignaux en conservant les armes des Huillard.
Cette branche se vit confirmé son droit à porter le nom d'Aigneaux lors des preuves de noblesse de 1739.
Un Huillard d'Aignaux fut maire de Vire dans les années 1820.
Il fit ouvrir en 1829 la rue Neuve qui devait prendre son nom.



PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX



LES AVIS


Il n'y a aucune note pour le moment. Soyez le premier à évaluer !

DONNEZ UNE NOTE