de SAVARY

de SAVARY_Poitou, 1696._France
Réf. : COA110888

DE SAVARY

15.90TTC

15.90TTC

Format souhaité ( Plus de détails ? )

Toute utilisation non autorisée des images (sauf preuve de propriété) est interdite.

DESCRIPTION

de SAVARY.
Poitou, 1696..
France.

Armoiries :
" ."

Sources :
- Armorial général de France. Édit du roi Louis XIV en 1696. Charles d'Hozier, 1696-1710.


Armorial Général de France (1696-1710).

L'Armorial général de France est un recensement héraldique ordonné par le roi Louis XIV en 1696, afin d'établir un registre général de toutes les armoiries en usage par les particuliers et les communautés publiques dans l'ensemble du royaume, et d'en assurer la propriété exclusive à ceux qui les auraient déposées.

Il s'agissait aussi de produire une recette fiscale complémentaire évaluée à 7 millions de livres, soit environ 3 millions pour la vente des charges et 4 millions pour les déclarations, le tout dans un délai de deux mois. Mais en réalité, l'édit rencontra une forte opposition, les charges ne trouvèrent pas acquéreur, et l'Armorial rapporta à grand peine 3 millions en l'espace de 14 ans (décembre 1696 - juin 1710)

La collection de ces soixante-neuf registres in-folio est sans équivalent dans le monde. Elle comprend les blasons en couleur et les noms de quelque 120 000 personnes notables de France à la fin du xviie siècle, soit six fois plus de personnalités que l'actuel Who's Who in France, auxquelles s'ajoutent plus de 10 000 communautés civiles et religieuses. Mais près de la moitié des blasons ont été imposés d'office, c'est-à-dire composés pour la circonstance, et n'ont donc pas de valeur historique.

Cet armorial général fut dressé entre 1696 à 1710, en vertu de l'édit royal de novembre 1696, sous la supervision de Charles René d'Hozier (1640-1732), juge d'armes de France et généalogiste du roi.

Des émissaires partent dans tout le royaume et des bureaux sont mis en place où les possesseurs d’armoiries viendront faire leurs déclarations, et où ceux qui désirent en recevoir viendront présenter leurs demandes. Après examen, des brevets portant le dessin sur parchemin du blason leur seront remis, et leurs armes seront décrites et dessinées dans le recueil général conservé à Paris.

Il y eut de nombreuses attributions d'armoiries d'office par l'effet du zèle des commis de Charles René d'Hozier à faire rentrer les recettes fiscales1, soit pour pallier l'absence d'armoiries ou le refus de les déclarer, soit pour éviter des cas d'homonymie, soit pour d'autres raisons de parenté ou d'héraldique.

On peut dire que, grâce aux contraintes imposées, le recensement est parvenu à être assez complet, car avec 125 807 entrées (nombre des blasons peints, probablement minoré), l'Armorial général a recensé et représenté la grande majorité des individus nobles ou notables, pour un territoire qui comprenait à l'époque environ 20 millions d'habitants, en grande majorité ruraux. À titre de comparaison, le Who's Who in France contient aujourd'hui 20 000 entrées pour 65 millions d'habitants. Cependant, 48 % environ des armoiries ont été attribuées d'office, ce qui limite la valeur historique de l'Armorial.

(Wikipédia)



PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX



LES AVIS


Il n'y a aucune note pour le moment. Soyez le premier à évaluer !

DONNEZ UNE NOTE