BARDOT


BARDOT_Lorraine, Bourgogne, Franche-Comté, Paris._France

BARDOT
Bourgogne
France

Armoiries :
" D'azur, à trois têtes de léopard d'or, au chef d'argent, chargé d'une croix pattée au pied fiché de sable. "

Sources: 
- Armorial d'Europe par J.B.Rietstap (Gouda, 1884, Berlin, 1934) (Gouda, 1887, Berlin 1937). 
- Armorial général J.B. Rietstap illustré par Victor et Henri Rolland (1903-1926).  Colorisé par Lionel Sandoz (1993-2002).


Célébrité: BARDOT
Brigitte Bardot

Brigitte Bardot naît le 28 septembre 1934 au domicile de ses parents, 5 place Violet, dans le 15e arrondissement de Paris.
Son père, Louis Bardot (1896-1975), est un industriel originaire de Ligny-en-Barrois, en Lorraine : issu de la haute bourgeoisie catholique très stricte solidement implantée aux commandes de la Troisième République, il est le propriétaire des Usines Bardot (appartenant aujourd'hui à Air liquide), dont le siège se trouve rue Vineuse, à Paris. 
Sa mère, Anne-Marie Mucel (1912-1978), artiste contrariée, est la fille du directeur d'une compagnie d'assurance.

Dans son enfance marquée par une éducation catholique rigoureusea, Brigitte Bardot souffre d’une amblyopie, qui l'empêche de bien voir de son œil gauche. 
Elle étudie à l'institut de la Tour, un établissement catholique situé au 86 de la rue de la Tour (16e arrondissement de Paris). 
Dissipée, elle souffre de la préférence de ses parents pour sa sœur cadette, Marie-Jeanne (dite « Mijanou », née le 5 mai 1938), et se pose souvent la question de savoir pourquoi elle vit.

Elle se passionne pour la danse classique et fait ses premiers pas, à sept ans, au cours Bourgat. 
En 1949, elle entre au Conservatoire de Paris et y obtient un premier accessit. 
Son père, dont un recueil de poèmes est primé par l'Académie française, est un passionné de cinéma et adore filmer : il existe ainsi de nombreux films de Brigitte enfant, ce qui est rare à cette époque16. Hélène Lazareff, directrice de Elle et du Jardin des Modes, engage Brigitte Bardot en 1949 pour présenter la mode « junior ». 
À 15 ans, l'adolescente devient la « mascotte » du magazine Elle, dont elle fait la couverture dès 1949, sa silhouette élancée, la moue boudeuse et le regard sauvage enflammant la pellicule18. Le réalisateur Marc Allégret, voyant une de ses photos sur le numéro du 8 mai 1950, demande à la rencontrer. 
Ses parents s'opposent à ce qu'elle devienne actrice, mais un de ses grand-pères la soutientb dans son projet.

À l'audition, elle rencontre l'assistant d'Allégret, Roger Vadim, qui lui donne la réplique pour une scène du film Les Lauriers sont coupés. 
Le film ne se fait pas, mais ils tombent amoureux. 
Ses parents s'opposent à cette relation : son père lui annonce un soir qu'elle va poursuivre ses études en Angleterre et qu'elle doit prendre le train dès le lendemain matin, pour ne revenir qu'à sa majorité, cinq ans plus tard. Effondrée, elle refuse ce soir-là de les accompagner à un spectacle, prétextant un mal de tête ; après leur départ, elle met sa tête dans le four de la cuisine, le gaz ouvert. Rentrés plus tôt — le spectacle ayant été annulé — ses parents la trouvent dans le coma avec, à ses côtés, un mot expliquant son geste. Reprenant conscience, elle parvient à convaincre son père de ne pas l'envoyer en Angleterre. 
Celui-ci accepte à condition qu'elle n'épouse Roger Vadim qu'à l'âge de dix-huit ans.

(Wikipédia)


PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Mail

Publié le jeudi 10 novembre 2016